WIRTSCHAFTSWUNDER

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Joseph-Heinrich-Darchinger.jpg

 

 

Photographie Josef Heinrich DARCHINGER

L’Allemagne de l’après guerre, 1952 – 1967

Les petites réunions autour d’une tasse de café font partie d’un style de vie bourgeois. Ceci vaut également pour la cigarette et la vaisselle colorée au design ultramoderne. Dans un sondage, 50% des allemands se prononcent en faveur d’un ameublement moderne de style Bauhaus. Bonn 1958

 

 

Huit ans seulement après la capitulation de l’Allemagne nazie, Josef Heinrich DARCHINGER entamait son voyage photographique à travers l’ouest du pays divisé. Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale avaient transformé les grandes villes du pays en champs de ruines. Pourtant, les images du photographe ne présentent guère de signes de l’effondrement d’une civilisation, plutôt celles d’un pays en proie à la fièvre de la reconstruction. Le boom économique fut si époustouflant que le monde entier parla de «miracle économique»: Wirtschaftswunder. Par contraste, ceux qui en furent les acteurs se présentent comme des êtres pragmatiques, modestes, consciencieux et scrupuleux. Les images montrent les gagnants et les perdants du «miracle économique», membres de toutes les couches sociales: au foyer, au travail, pendant leurs loisirs ou comme consommateurs.

 

Josef Heinrich DARCHINGER, né en 1925, a commencé à travailler comme photographe indépendant en 1952. Dès le milieu des années 1960, ses photographies paraissent régulièrement dans de grands médias allemands, comme le Spiegel et Die Zeit. Il s’est également fait connaître pour ses portraits, notamment de personnalités comme Helmut Schmidt, Willy Brandt, Richard von Weizsäcker ou Heinrich Böll. DARCHINGER a été lauréat de nombreux prix, parmi lesquels figure le prestigieux prix Erich Salomon décerné par la Société allemande de photographie. C’est grâce à son fils Frank que l’oeuvre de Josef Heinrich DARCHINGER est présentée au grand public.

Le livre Wirtschaftswunder a été publié aux éditionsTaschen (2008).

 

Publié dans Octobre 2010

Commenter cet article