Un poète de la photographie

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Pierrot-Men.jpg

 

 

Photographie Pierrot MEN

Série Les Rivages, sur le Canal de Pangalana, Mananjary,

Madagascar, 2005

 

Chan HONG MEN Pierrot, dit Pierrot MEN est né en 1954 dans le sud de Madagascar, d’une mère franco-malgache et d’un père chinois. MEN signifie en chinois « lumière » ; c’est là un nom prédestiné pour cet amoureux des jeux d’ombre. Il découvre la photographie un peu par hasard lorsqu’il achète un vieux Minolta alors qu’il s’essayait plutôt à la peinture. Adepte du noir et blanc et témoin discret, il photographie les gens qu’il connaît bien et côtoie tous les jours. Il sait rendre avec une douceur caractéristique les ambiances, les rues, les foules de son île.

Il dirige actuellement un laboratoire photographique à Finarantsoa. En 1994, il gagne le premier prix du concours Mothers Jones-Leica qui marque le départ de sa carrière. Révélé au cours des Rencontres de la Photographie Africaine qui se sont déroulées au Mali en 1994 et en 1996, il a participé à de nombreuses expositions à travers le monde. Ses photographies ont été publiées dans différents ouvrages.

Dans la photographie de Pierrot MEN, il y a toujours un point ou une ligne forte autour desquels s’organise l’image. Par cette structure optique classique convergent tous les signes et tous les sens que veut donner le photographe à son acte. Cette efficacité de l’oeil à saisir et organiser l’essentiel d’une réalité n’est pas mise seulement au service de l’objectivité, elle souligne l’importance de l’homme mis au centre de l’objectif et révèle la sensibilité du photographe pour les situations humaines particulières.

 

« A quoi reconnait-on un poète ? A un regard posé sur le monde. A cette attention particulière portée au sujet traité. A l’humanisme évident qui se dégage de l’oeuvre. Pour tout cela, Pierrot MEN est indubitablement un poète de la photographie. On peut parler d’une oeuvre pour l’ensemble de ses photos, il nous livre un monde fait de douceur et de finesse. Chacun de ses clichés est une véritable composition qui témoigne d’un émerveillement sans cesse renouvelé au monde. Car il faut voir Pierrot Men au moins une fois au travail pour comprendre la profondeur de cette passion. Une étrange douceur faite de concentration et d’innocence vient illuminer son visage : le poète, le photographe fait partie de ce monde qu’il capte, l’île de Pierrot MEN est en lui-même. C’est la grande île qu’il raconte dans un déclic plein d’émotion et de bouffée d’air pur. »

 

JEAN-LUC RAHARIMANANA

 

Publié dans Décembre 2010

Commenter cet article