Totems manufacturés

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Alain-DELORME-1.jpg

 

 

Photographie Alain DELORME

SérieTotems, réalisées à Shanghai entre 2009 et 2010

 

 

Photographie-Alain-DELORME-2.jpg

 

 

 

Photographie Alain DELORME

SérieTotems, réalisées à Shanghai entre 2009 et 2010

 

 

Photographie-Alain-DELORME-3.jpg

 

 

Photographie Alain DELORME

SérieTotems, réalisées à Shanghai entre 2009 et 2010

 

La série Totems d’Alain DELORME, photographe français né en 1979,

nous plonge au cœur de la Chine contemporaine et de sa complexité. Sous le ciel bleu d’un Shanghai acidulé, les hommes traversent la ville charriant des amoncellements improbables. Ces colonnes précaires faites de cartons et de chaises apparaissent comme les nouveaux totems d’une société en pleine transformation, à la fois usine du monde et nouvel eldorado de l’économie de marché.

Comme Eugène Atget dans le Paris du tournant du siècle, Alain DELORME semble ici dresser le portrait des petits métiers de la rue shanghaienne. Quand la société chinoise fascine souvent par sa folie des grandeurs, il choisit de porter son regard sur les individus arpentant le bitume de la ville. Dans la forme toutefois, l’auteur s’écarte du style documentaire et de sa neutralité affectée, tout en adoptant une certaine frontalité. L’image s’organise alors en strates horizontales, elle découpe la ville à la manière des archéologues. Du trottoir à l’immeuble, les différents plans s’échelonnent de manière régulière entre les différentes temporalités urbaines : celle du quotidien, de l’éphémère, du mouvement incessant des passants et celle du changement urbain, des chantiers et des nouveaux bâtiments, qui s’inscrit dans un rythme plu lent. Par-delà l’équilibre de ces compositions, l’auteur éclate les règles du genre documentaire, jouant du montage et de la couleur pour nous présenter une sorte de « réalité augmentée ». Il met ainsi au jour les paradoxes de la ville la plus dynamique de Chine.

Dans ces clichés, des hommes juchés sur leurs vélos ou tirant une carriole transportent des pneus, des baluchons, des bouteilles... De cette diversité reste un point commun : ils ne font que passer. Ils traversent les images comme ils parcourent la ville, sans jamais s’installer. Ces migrants venus de toute la Chine sont le cœur de la nouvelle « usine du monde ». Corvéables à merci, ce sont les travailleurs venus des campagnes, ne disposant que de permis de résidence temporaires dans la cité. Une « population flottante » qui est la main d’œuvre du miracle chinois, l’envers de la réussite économique de l’empire du milieu. L’auteur nous donne ici à voir les acteurs d’une ségrégation à la fois urbaine, sociale et économique. Masse laborieuse de la quête de l’idéal de la consommation, ils n’en profitent pas eux-mêmes. Se mouvant dans un Shanghai ensoleillé, aux couleurs vives, ces travailleurs semblent comme déplacés. Alain DELORME réactualise ici la proposition documentaire et s’appuie sur le contraste entre la forme de la représentation, aux coloris presque publicitaires, et les sujets de ses clichés pour souligner cet écart. Ces hommes deviennent les héros de ce nouveau monde dont la force semble décuplée. On les croit capables de toutes les prouesses, maintenant l’équilibre aléatoire de leurs fardeaux insolites avec dextérité.

Car leurs cargaisons s’élancent dangereusement dans les airs, structures éphémères à l’équilibre instable. À la manière des nouveaux réalistes, Alain DELORME désigne ici un morceau de réalité et ce geste confère à ces amoncellements une signification inaperçue. Ils deviennent sculptures, de véritables œuvres d’art. Ici les objets, par nature reproductibles et interchangeables, semblent acquérir à travers leur accumulation une dimension presque sacrée. Suivant le processus de fétichisation, ils perdent leur valeur utilitaire au profit d’une valeur symbolique. Mais de quoi ces produits « Made in » sont-ils les totems ? Car leur rôle est ici ambigu, étouffant autant qu’ils rendent visibles les travailleurs de la grande ville. D’un côté l’homme est englouti sous les objets, il en est le fervent serviteur, il est submergé par la démultiplication du même. Les objets manufacturés deviennent alors les idoles païennes de la société de consommation. De l’autre, ces sculptures provisoires semblent renverser l’ordre établit, l’individu se distinguant ainsi dans le gigantisme du monde urbain. S’identifiant à cette élévation, l’homme n’est plus lui-même interchangeable et accède à la singularité dans la multitude.

Vertige de la hauteur qui entre en écho avec l’expansion incessante de la ville elle-même. Réactualisant la proposition des Becher de concevoir les structures industrielles comme les sculptures de notre monde moderne, Alain DELORME semble créer un écho entre ces totems manufacturés et les constructions de l’arrière-plan. L’espace urbain est toujours en chantier, il se développe en permanence, sans répit. Les gratte-ciels envahissent la ville et s’élèvent toujours plus haut, dans une volonté d’ériger de nouveaux totems toujours plus remarquables, toujours plus imposants. De strates en strates, la Chine millénaire côtoie la puissance industrielle contemporaine. La course n’est plus ici seulement celle des hommes dans la ville, mais aussi celle de la ville vers son avenir.

Avec un regard empreint d’humour et de poésie, Alain DELORME nous installe au cœur du nouveau « rêve chinois ». Loin d’un hymne au matérialisme, ces images mettant en scène la surabondance des objets basculent presque dans l’absurde et laisse entrevoir la complexité d’un pays en train de se réinventer.

 

Raphaële BERTHO

Historienne de la photographie

 

Publié dans Décembre 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article