The Art Freaks

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

1-Photographie-Olaf-BREUNING-1-.jpg

 

Photographie Olaf BREUNING

Bannières suspendues au plafond, Jean Michel, Cindy, Pablo, 2010/2011

 

2-Photographie-Olaf-BREUNING-1-.jpg

 

 

Photographie  Olaf BREUNING

Bannières suspendues au plafond, Andy, Jasper, Damien, 2010/2011

 

Le body-painting revu et corrigé par le photographe suisse: les portraits de chaque personnage de plein pied, trônent sur fond noir et éclaboussent de leurs couleurs vives. Les monstres humains d'Olaf BREUNING s'appellent Andy, Jean-Michel ou Pablo pour incarner ses Art Freaks, ses artistes cultes et symboliques. L'oeuvre hétéroclite d'Olaf BREUNING puise dans les codes visuels de la culture de masse. Il mixe les origines, confronte les univers pour inventer une esthétique unique dans laquelle l'étrange se mêle à l'humour. Tout son art oscille ainsi entre le trouble et la distance. Ses effets ne sont pas vraiment spéciaux : les perruques, les déguisements, les postiches, le maquillage semblent affirmer leur échec à travestir avec exactitude la réalité. S'inscrivant dans le cadre des recherches récentes de l'artiste sur son rapport à l'histoire de l'art moderne et contemporain, The Art Freaks se déploie dans l'espace via une quinzaine de bannières suspendues au plafond. Sur chacun de ces étendards est imprimé une photographie nous montrant un personnage dont le corps est peint à la manière d'un artiste emblématique (Francis Bacon, Louise Bourgeois, Damien Hirst, On Kawara, Yves Klein, Jackson Pollock, Vincent Van Gogh, Andy Warhol…). Olaf BREUNING reprend ainsi une pratique, celle du body-painting, souvent à la limite du mauvais goût, à laquelle il donne une plus value artistique, la sienne. Visant une sorte de paradoxale perfection du faux, ces pavillons questionnent notre rapport à ces images célèbres et l'esthétique engendrée par leur reproductibilité. Si l'on pense d'abord être en présence d'un cliché correspondant à ce que l'on connaît, une série de petits détails–comme bricolés–viennent miner cette impression : on se met alors à douter de notre propre faculté critique. Né en 1970 en Suisse, Olaf BREUNING vit et travaille désormais à New York. Ses photos font le tour du monde et des musées.

 

Publié dans Décembre 2011

Commenter cet article