Studio de fortune

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

 

 Photographie Dana COJBUC A1[1]

 

Photographie Dana COJBUC A[1]

 

Photographie Dana COJBUC

Remake

 

Photographie-Dana-COJBUC-B1-1-.jpg

 

Photographie-Dana-COJBUC-B-1-.jpg

 

Photographie Dana COJBUC

Remake

 

Photographie-Dana-COJBUC-C1-1-.jpg

 

 

Photographie-Dana-COJBUC-C-1-.jpg

 

Photographie Dana COJBUC

Remake

 

Née en 1979 en Roumanie, Dana COJBUC vit et pratique son activité d’artiste photographe à Paris. Elle observe telle une touche-à-tout les diverses techniques afin de servir ses idées les plus fantasques. Profondément attachée à son pays natal, à sa culture, et à ses autochtones, Dana COJBUC met un point d'honneur à illustrer la Roumanie, de manière singulière et enjouée. Son village d'origine devient ainsi un décor privilégié, où les modèles d'un instant défilent devant son objectif. Se nourrissant des rencontres impromptues, elle propose au spectateur de s’évader du quotidien non sans humour, par quelques clins d’œil au monde de l’enfance et une bonne dose de fantaisie.

 

Dans le village de Ciolanesti, dans le sud de la Roumanie, en septembre, tout le monde célèbre la Vierge Marie. A l’occasion de cette fête, le photographe local installe, depuis des années, son studio de fortune dans une tente. Cela donne une unité aux traditionnelles photos de famille (même support, même cadrage, même fond, etc.) La photographe a voulu entrer dans ce « cadre», pénétrer dans l’intimité de ce groupe social. Elle a demandé à chaque famille de lui donner des vieilles photos et a fait des « remake », avec les mêmes personnes, les mêmes habits, le même décor, après plusieurs dizaines d’années. Le contact avec ces personnes était aussi riche que l’expérience photographique en elle-même. Pleine de présence humaine, cette série de photos réalisées dans le sud de la Roumanie, est un regard attentif sur la force et la fragilité de l’existence. Le temps qui passe, les années qui s’effacent et qui se redessinent. Le temps qui passe et qui nous laisse seuls devant notre image, qui vole notre jeunesse, notre vigueur d’antan et qui est à l’affût de la moindre faiblesse. Les rides au bord des yeux et dans nos cœurs nos souvenirs.

 

Publié dans Février 2012

Commenter cet article