Sport populaire

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Alter-gogo-003-1-.jpg

 

 

Photographie Andrew ESIEBO

Alter Gogo Getters, Nigeria

 

Andrew-Esiebo-1-.jpg

 

Photographie Andrew ESIEBO

Alter Gogo Getters, Nigeria

 

Andrew-Esiebo-Andrew-Esiebo_galleryphoto_paysage_std-1-.jpg 

 

Photographie Andrew ESIEBO

Alter Gogo Getters, Nigeria

 

 

 

esiebo_alter-gogo008-1-.jpg

 

 

Photographie Andrew ESIEBO

Alter Gogo Getters, Nigeria

 

esiebo_alter-gogo010-1-.jpg

 

 

Photographie Andrew ESIEBO

Alter Gogo Getters, Nigeria

 

Né en 1978, Andrew ESIEBO vit et travaille à Ibadan. Il est l’un des membres fondateurs du collectif de photojournalistes nigérians Black Box. Andrew ESIEBO s’est formé avec un premier appareil, offert en 2000, en photographiant les jeunes de sa génération, la vie nocturne, le football, le renouveau de la ferveur religieuse, l’essor urbain, et les traditions culturelles du Nigeria. L’accueil enthousiaste réservé à son travail lui ouvre les portes de résidences à l’étranger, et le conduit à étendre son champ d’investigation. La photographie le fait « penser global et agir local », dit-il. Alter Gogo propose un regard décalé sur le phénomène planétaire que fut la Coupe du Monde de football 2010, en Afrique du Sud. Dans le bidonville d’Orange Farm, aux environs de Johannesburg, Andrew ESIEBO a rencontré les Gogo Getters, une équipe constituée uniquement de grands-mères. Des portraits présentés en diptyques figurent chaque vieille dame, d’un côté dans son intérieur, généralement entourée de ses petits-enfants, de l’autre en tenue de footballeuse, sur le terrain. Avec cette série, Andrew ESIEBO prend à contre-pied l’image que donnent les médias du troisième âge en Afrique et bouscule le cliché du football, sport populaire pratiqué par les hommes et les jeunes. Ce faisant, il restitue à ces femmes leur place dans l’espace visuel et social sud-africain.

 

PHOTOQUAI 3eme biennale des images du monde

jusqu'au 11 novembre 2011

sur les quais de la Seine longeant le musée du quai Branly

en accès libre 7j/7 et 24h/24, dans le jardin, en accès libre aux jours et horaires d’ouverture du musée, PHOTOQUAI complète son dispositif de mise en avant des artistes en associant des partenaires artistiques à travers la capitale : l’Ambassade d’Australie, la Galerie Baudoin Lebon, la Galerie In Camera, la Galerie Paris-Beijing, la Maison de l’Amérique latine, la Maison européenne de la photographie, le Petit Palais, la Polka Galerie et la Tour Eiffel.

 

 

 

 

 

 

Publié dans Octobre 2011

Commenter cet article