Sertao

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Tiago-SANTANA-1-.jpg

 

 

Photographie Tiago SANTANA

Pour la série Sertao

 

Le nord-est du Brésil, aussi appelé Sertao, est une des régions les plus déshéritées du continent sud-américain. Tiago SANTANA, un des meilleurs photographes documentariste brésiliens, y est né en 1966.

Depuis 1989, date à laquelle il débute son activité de photographe, il n'a de cesse, à travers ses reportages, films et documentaires, de faire connaître au monde l'éprouvante réalité quotidienne des populations de son Nordeste aride, aussi défini par les climatologues comme le «polygone des sécheresses».

S'il n'était pas né à Crato, dans l'Etat de Ceara, s'il ne connaissait pas de manière charnelle et intime la vie des paysans brasileiros, une vie ballottée entre dévotion populaire, rêves d'exode vers Sao Paulo et rage de survie, Tiago SANTANA parviendrait-il à dire et à montrer avec autant de justesse, de retenue et d'invention le sort des siens?

«Mon travail photographique a toujours été concentré sur ces gens qui font face à une terrible réalité, et ma région m'alimente encore dans mes recherches, mes travaux et ma quête pour raconter des histoires à travers des images», précise-t-il, comme si l'empreinte de sa terre natale ne cessait jamais d'habiter son objectif de photographe et sa conscience de reporter.

Il se perçoit, selon l'écrivain Eduardo Manet, «l'idée baroque de la profonde fécondité du chaos», qui ajoute qu'au Nordeste «les saints et les anges ne sont pas d'un ciel abstrait mais font partie de la terre aride, du paysage tourmenté, des éléments anarchiques, tout autant que les murs, les animaux, les pierres, les enfants et les gens».

C'est cette complexité irréductible que Tiago SANTANA capture sans un soupçon de mièvrerie ou de misérabilisme, par le biais de cadrages intentionnellement «décalés», d'attention portée à des fragments de visages, de panoramiques sinueux et étrangement animés.

 

Tiago SANTANA

Sertao

Photo Poche Société, Editions Actes Sud

 

Publié dans Décembre 2011

Commenter cet article