Sauver HOLLYWOOD

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Le-Jour-le-plus-long.jpg


Il manque 3 millions pour sauver "HOLLYWOOD"


Les lettres monumentales formant le nom HOLLYWOOD, qui surplombe le quartier historique du cinéma à Los Angeles, sont menacées par un projet immobilier que tente d’empêcher une association à qui il manque trois millions de dollars pour racheter le terrain. L’association Trust for public Land, qui veut sauvegarder l’étendard, a indiqué mercredi qu’il lui restait trois semaines pour récolter les trois millions de dollars qui manquent pour racheter le terrain qui accueillent les célèbres lettres blanches.

 

Les lettres de 14 mètres de haut installées en 1923 sur une colline du nord de la cité des anges appartiennent à la ville de Los Angeles (Californie) mais les terrains alentours sont la propriété d’un consortium immobilier qui souhaite y construire des résidences de luxe. Ce consortium a accepté de céder au Trust les 55 hectares pour 12,5 millions de dollars, mais la transaction doit être bouclée avant le 14 avril.

 

Symboles du septième art et des icônes de la culture pop.

«Beaucoup de monde nous a contactés. Nous ne sommes pas loin d’atteindre notre objectif», a déclaré mercredi à la presse Tim Ahern, porte-parole de l’association. Sur les 9,5 millions de dollars déjà recueillis, 4 millions proviennent de fonds public et 5,5 millions de donateurs privés, dont le réalisateur Steven Spielberg et l’acteur Tom Hanks. L’ironie de l’histoire veut que l’inscription HOLLYWOOD soit justement née, en 1923, d’une publicité pour le développement foncier des terrains alentours. L’inscription reprenait alors le nom du programme immobilier: HOLLYWOODLAND.

 

C’est en 1949 que la Chambre de commerce d’Hollywood signe un contrat avec la ville de Los Angeles pour restaurer les lettres, et exige le retrait des quatre dernières, donnant à l’inscription son aspect définitif. Devenues l’un des symboles du septième art et des icônes de la culture pop, les neuf lettres restent néanmoins fragiles et devront être restaurées à de nombreuses reprises. L’inscription est aujourd’hui interdite au public et protégée par un système d’alarme ultra perfectionné. L’actrice britannique Peg Entwistle s’y était suicidée en 1932, en se jetant du haut de la lettre H.

Publié dans Mars 2010

Commenter cet article