Peuples de gauche

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Gerald-BLONCOURT.JPG

 

 

Photographie Gérald BLONCOURT

Ouvriers de l'usine Babcock à St Nazaire attendant l'heure exacte de la sortie, Juin 1973

 

Il s'est toujours senti l'un des leurs. Photographe de la classe ouvrière, comme il aime à se définir, Gérald BLONCOURT n'a cessé - cinquante ans durant - de raconter dans la presse communiste et syndicale les luttes, le quotidien, les conditions de vie et de travail des ouvriers de France et de Navarre.

Contrairement aux images de son ami Willy Ronis ou de Robert Doisneau réalisées à la même époque, celles de Gérald BLONCOURT n'offrent aucune vision romantique de la vie ouvrière. Il s'en dégage plutôt une rage contre la pauvreté dans laquelle sont maintenus les travailleurs.

Cette rage, Gérald BLONCOURT est pratiquement né avec. Fils d'un mulâtre guadeloupéen et d'une institutrice républicaine d'origine italienne, il a vu le jour en 1926 à Haïti, où il a grandi. Son frère, parti faire ses études en France avant d'intégrer un réseau de résistants, est fusillé par les nazis en 1942. Lui se lève contre la dictature haïtienne en 1945, est condamné à mort, gracié sur intervention d'André Breton mais contraint à l'exil. Arrivé à Paris en 1946, il commence par faire des photos d'écoliers pour gagner sa vie, avant d'intégrer L'Humanité.

Mais pas question pour lui d'appliquer la règle du parti communiste qui consiste à aligner les grévistes en rang d'oignons pour les photographier. BLONCOURT préfère cueillir leur colère sur une palissade où l'un d'entre eux a rageusement écrit ses revendications. Il s'invite aussi chez eux, attend de faire partie du décor pour travailler à sa guise. Il n'utilise jamais le flash, ne cherche ni l'effet ni à faire joli. « Je me fous du cadrage et je m'assieds sur l'esthétisme », souffle-t-il avec douceur. « Je suis un scribe qui recopie ce qu'il voit, et je revendique mes fautes photographiques. » Témoignage sans chichi, lucide, fraternel sur ses semblables.

 

Lila Rabattie

 

La Galerie MARGES (Paris 11e) présente

« PEUPLES DE GAUCHE »

Exposition de 30 photographies de Gérald BLONCOURT

du 20 mai au 20 juin 2011

 

Peuples de gauche

Gérald BLONCOURT

Editions Bourin

 

Le Paris de Gérald BLONCOURT

Editions Parimagine

 

Publié dans Mai 2011

Commenter cet article