Momentum House

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

big-paper-airplane-ethan-murrow_53-1-.jpg

 

 

Dessin Ethan MURROW

Prédictions météorologiques, 2006

 

Bonimenteurs, vains explorateurs, mystificateurs et faux scientifiques, attrapeurs de nuages et touchants inventeurs de chimères ; à l’affût des battements de cœur d’un arbre, sur les bords d’une mer oubliée, à la recherche d’hypothétiques monstres survivants du Crétacé, équipés d’improbables appareils, les personnages d’Ethan MURROW partent tous à la recherche de leurs rêves. Rien n’est réel, rien ne peut l’être tant les incohérences et les incongruités sont manifestes, et pourtant tout pourrait l’être, ou presque. Les dessins d’Ethan MURROW ont la précision des photographies dont ils sont la reproduction. À la base de ce travail, de petits films qui mettent en scène la vie de ces doux rêveurs. L’artiste joue lui-même la plupart des rôles et sa femme, Vita Weinsten, tient la caméra. Les photographies prises pendant les tournages sont ensuite minutieusement reproduites, sans aucune recréation, au crayon sur papier. Dessins « photoréalistes », à la manière des illustrations des journaux américains des années 50. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le grand-père d’Ethan, Edward R. Murrow, fut l’un des pionniers du journalisme télévisuel américain. La technique d’Ethan, d’une extrême précision, sert son discours : en lui donnant l’aspect d’une photographie de reportage, il rend l’irréel réel. À travers ces histoires, Ethan MURROW nous invite à entrer dans un imaginaire prolixe, mais les titres des œuvres nous révèlent la visée véritable de l’artiste : explorer la ligne tenue qui sépare un succès éclatant d’une vaine obsession : nous croyons à la gloire lorsqu’elle est validée par la renommée, pas par les actions ; nous croyons au succès lorsqu’il est marqué par le seau de la richesse, non par l’accomplissement. Et nous croirions aux plus délirantes découvertes scientifiques si elles étaient relayées par les médias. Mais la vérité des personnages d’Ethan MURROW se cache ailleurs. Peu importe le but visé et sa réalisation, seul le chemin qui y conduit a de l’importance : le chercheur d’or, même infructueux, est riche de sa persévérance ; les fous volants ont le courage et l’endurance des risques qu’ils encourent, les chercheurs de sirènes sont sincères dans leur quête. Tous ces personnages sont riches des efforts accomplis pour réaliser leurs projets, même vains et voués à l’échec dès le départ, ils n’en demeurent pas moins authentiques et sincères. Dans la série « Momentum House », cette ligne tenue se déplace entre croyances et faits : le protagoniste – toujours un double de l’artiste- est convaincu que les bâtiments, les habitations, ont une vie propre. Pour l’artiste, il s’agit d’explorer les liens qui unissent l’homme à son habitat, la manière dont nous investissons un lieu qui nous est cher, physiquement et moralement, au sens propre comme au sens figuré.

 

Publié dans Janvier 2012

Commenter cet article