Ma proche banlieue

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Patrick-Zachmann-1.jpg

 

 

Photographie Patrick ZACHMANN

Hocine, Chérif et Yahia, la "terre rouge", cité Brassens, Marseille, septembre 1984

 

Photographie-Patrick-Zachmann-2.jpg

 

 

 

Photographie Patrick ZACHMANN

Hocine, Chérif et Yahia, la "terre rouge", cité Brassens,  Marseille, juillet 2007

 

Nul ne doute plus aujourd'hui de la complexité des liens qu'entretient l'acte photographique avec les notions de mémoire et d'identité. Cette complexité est au coeur de la problématique du photographe Patrick ZACHMANN ; elle en est même, d'une certaine manière, le fondement : " Je suis devenu photographe parce que je n'ai pas de mémoire.

La photographie me permet de reconstituer les albums de famille que je n'ai jamais eus ", écrit-il, affirmant ainsi la dimension introspective de son travail.

Sans doute également Patrick ZACHMANN a-t-il compris très tôt que la question des communautés - et, partant, celle du danger du repli communautaire - constituerait l'enjeu sociologique majeur du XXIe siècle naissant.

Dès 1980, il enquête pendant de longues années sur l'identité de la communauté juive française dont il est issu ; il en résulte un livre décisif : Enquête d'identité. A travers ses grands reportages, parmi lesquels ses travaux sur la mafia napolitaine (1982), les jeunes immigrés marseillais (1985), le Printemps de Pékin (1989) - dont les images seront publiées dans le monde entier -, le Rwanda (2000), il approche la réalité des grandes diasporas. Comprendre, interroger, documenter la vie et la culture des communautés migrantes ou déplacées dictent le travail de ZACHMANN. On pense à sa longue fréquentation des diasporas chinoises ou maliennes qu'il suit et accompagne de manière approfondie, s'attachant par la photographie ou le documentaire à montrer l'ici (le pays d'accueil) et le là-bas (la terre natale). Cette pratique de l'immersion, de la proximité inquiète des êtres rencontrés, donne à ses travaux une profondeur particulière que l'on retrouve aussi dans son exploration des traces et séquelles du Chili noir de Pinochet. Plus récemment, il choisit de privilégier la couleur pour son travail Un jour, la nuit, ode poétique aux vibrations nocturnes et intimistes des grandes villes du monde.

 

Ma proche banlieue

Patrick ZACHMANN

Éditions Xavier Barral

 

Publié dans Février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article