Lutte kushti

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

SATYAN-Ts--2.jpg

 

Photographie TS SATYAN  

 

A 85 ans, TS SATYAN  est obsédé par sa dernière image: son ultime coup, l'aboutissement de son style, qui mettra un terme à sa carrière. Photographe indien bien connu dans tout le sud du pays, il a pour cela infiltré l'univers des clubs de lutte kushti, cet art martial traditionnel où les corps enduits de terre s'affrontent en langti (slip indien) à même le sol.

A mi-chemin entre le reportage et la photographie artistique, ce corpus d'images robustes et douces, quasi silencieuses, traduit bien l'ambiance de ces lieux et le tempérament de ses adeptes qui pratiquent la force pour la sagesse de l'esprit.

De passage dans le Karnatakka en 1952, TS SATYAN  est devenu photographe grâce à James Burke, célèbre collaborateur de Life qui a beaucoup travaillé en Inde. Celui-ci lui fit deux beaux cadeaux: un appareil photo et un contact au magazine américain. S'ensuivit une belle carrière de photojournaliste pour l'agence Black Star, The Deccan Herald, The Hindu, India Today, etc.

Il a notamment photographié pour la première fois les tribus du Nord-Est de l'Inde ainsi que les gens du désert de Kutch. Après l'indépendance, comme son aînée Homai Vyarawalla, la première femme indienne photojournaliste, il a cherché à faire connaître la vie politique et les rouages de la jeune nation.

L'oeuvre de TS SATYAN  , comme la plupart des oeuvres photographiques en Inde, n'est ni archivée, ni référencée, encore moins conservée. C'est donc une chance de montrer ces clichés.

 

 Anne Maniglier

 

Publié dans Avril 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article