La vie au 1/ 125 de seconde

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Marc-RIBOUD-01.JPG

 

 

Photographie Marc RIBOUD

Musée de Prado, Madrid, 1988

 

Photographie-Marc-RIBOUD-02.JPG

 

 

Photographie Marc RIBOUD

Central Park, New York, 1996

 

Photographie-Marc-RIBOUD-03.JPG

 

 

 

 

Photographie Marc RIBOUD

Construction du Paquebot FRANCE, Saint-Nazaire, 1959

 

"J'ai toujours été sensible à la beauté du monde plutôt qu'à la violence et aux monstres. Découvrir des rimes et des rythmes dans mon viseur est encore un immense plaisir. Mes planches contact révèlent aussi des passions pour de nombreuses causes. Je ne le regrette pas. La vie serait si triste si nous ne rêvions pas de la changer !

 

Il y a différentes façons de voir. J'ai la mienne. Pour moi, regarder et photographier une scène de rue ou un paysage de brume est un peu comme écouter de la musique. Cela m'aide à vivre. Après cinquante ans, ai-je changé ma façon de voir ? Je ne le crois pas. On change rarement. Je photographie des choses différentes de la même façon. Quand on me demande quelle est ma meilleure photo, je réponds : J'espère la faire demain, et j'essaierai de changer ma façon de voir. En vain. Les jeunes photographes innovent, je les admire.

 

Pour moi, la photographie n'est pas un processus intellectuel, c'est un processus visuel. L'œil est fait pour voir et non pas pour penser. J'aime la définition que Walker Evans donne du photographe : un joyeux sensuel parce que l'œil manipule les sens et non les idées. Ce que je cherche est dans la vie, dans la réalité. La création pure, je n'y crois pas trop.

 

Mon obsession: photographier le plus intensément possible la vie la plus intense. C'est une manie, un virus aussi fort pour moi que le réflexe d'indépendance. Et si le goût de la vie diminue, les photos pâlissent parce que photographier, c'est savourer la vie au 1/ 125 de seconde."

 

Marc RIBOUD

 

Publié dans Juin 2011

Commenter cet article