La raison du plus faible...

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Jean-Louis-COURTINAT-Faugeras.jpg

 

 

Photographie Jean-Louis COURTINAT

Faugeras, lieu de vie accueillant des adultes handicapés mentaux 

 

Je photographie depuis 1978. Concerné par les problèmes de mon époque, j’ai trouvé dans la photographie le mode d’expression qui me convient. Faire une image représente pour moi un acte militant, et si j’ai toujours été auprès de ceux qui étaient dans la pire des positions pour se défendre, j’ai toujours vécu très longtemps avec eux, devenant à leur côté un combattant acquis à leur cause. Ni complaisance ni voyeurisme, mais un sentiment d’urgence, de responsabilité, de "mission". Au bout de mes objectifs, je vois la misère, la souffrance, les beaux, les méchants, la haine, la générosité. Mais je crois souvent aller au-delà de ma vision, au coeur de la vie des autres; c’est peut-être ce que je fais de plus important. Mes photos sont affaire d’engagement...

 

Nombreuses sont les personnes handicapées mentales dont l’importance de la déficience, non seulement nécessite la vie en institution, mais aussi les empêche d’accéder au mode d’intégration habituellement reconnu, c'est-à-dire la capacité de travailler et d’être autonome. Trop souvent méconnues, voire ignorées, dans l’impossibilité de se promouvoir elles mêmes dans notre société, le docteur Hélène Bost-Hurticq, engagée à leurs côtés depuis des décennies, a imaginé procéder à une certaine forme d’intégration dans l’esprit du public à l’aide d’un livre illustré par des photographies dignes et émouvantes, œuvres de Jean-Louis COURTINAT qui, pendant une année a posé son regard et son objectif sur la vie de «ces plus faibles».

 

La raison du plus faible...

Photographies Jean-Louis COURTINAT

Textes de Emmanuel Hirsch et Hélène Bost-Hourticq

Editions Delpire, 2006

   

 

Publié dans Mars 2011

Commenter cet article