La moisson du ciel

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

La-moisson-du-ciel-1-.jpg

 

 

La plus violente série de tornades depuis soixante-dix ans balaye le sud-est des Etats Unis le 27 avril 2011. Après son passage, une pluie de photographies s’étale sur les champs. En Alabama, Patty BULLION décide qu’elles ne resteront pas orphelines.

 

Ce mercredi là, du côté de Lester, en Alabama, Patty BULLION attend la tempête avec anxiété. Une semaine qu’elle entend les bulletins d’alerte sur les ondes. Le mois de mai, dont on s’approche, est connu pour être celui des tornades. A 4h30, la sirène retentit : une première tempête est annoncée. Patty, 37 ans, prend ses trois enfants sous le bras et file chez ses beaux parents. Eux possèdent un abri. L’après midi, les arbres tutoient le trottoir, les nuages tournoient dans le ciel, la nuit s’abat sur la ville. Les premiers bilans tombent. Ce 27 avril, l’une des plus violentes séries de tornades de l’histoire des Etats Unis a dévasté le sud est du pays. Mississippi, Alabama, Georgie, Caroline du Sud : en une journée, 134 ouragans ont fait 314 morts. Chez Patty, il a plu des photographies. La tornade est passée à une trentaine de kilomètres au sud. La jeune femme découvre une échographie. « Si c’était la mienne, je voudrais la récupérer », se dit elle ; Elle ratisse le jardin avec ses enfants, ramasse 7 photographies et se met en tête de retrouver les propriétaires. Sa fille lui suggère Faceboock. Douze heures plus tard, 12 000 personnes ont « aimé » sa page, 40 photographies ont été ajoutées. Le lendemain matin, son téléphone sonne. Il ne s’arrêtera pas les deux semaines suivantes. CNN la contacte, le New York Time aussi. Elle réveille l’Amérique avec le talk show « Good Morning America », l’un des plus regardés du pays. Des centaines de contributeurs se mettent au travail. En juillet, le compte créé par Patty affiche 2000 clichés et plus de la moitié ont été rendus à leurs propriétaires. La page dépasse les 1000 000 fans. Certains internautes jouent les détectives, identifient un lieu, une porte, un visage. Peut être de Jody Allen, qui vit à Russellville ? Une internaute rectifie : « Jody Allen est en prison. » Certaines photographies ont parcouru près de 300 kilomètres du Mississippi jusqu’au Tennessee. Tachées, jaunies, cornées, déchirées, en pièces, rafistolées, des centaines de photographies immortalisent les visages heureux de l’Amérique moyenne. L’incontournable du petit dernier en tenue de football. Son grand frère, tout juste diplômé ; Les gradins du stade, l’église, le départ pour l’armée, les mariages, les naissances, les repas de Noël, la photographie des arrière grands parents et toute la gamme des sourires de 0 à 90 ans. Parfois, on se dispute la photographie d’un nourrisson. Sur la page s’étalent aussi les diplômes, permis de conduire, lettres manuscrites retrouvés aux quatre coins des Etats du Sud. Ici, un chèque de 10 dollars daté de 1969 : le propriétaire s’est manifesté. Patty n’arrête plus une seconde. Elle répond à toute les demandes, anticipe les sollicitations, classe les photographies, retrouve les propriétaires, propose de devenir le centre de tri postal des clichés retrouvés… Chrétienne fervente, elle se sent investie d’une mission : tout ça fait partie du « plan de Dieu ». Elle raconte son histoire sur un blog et à même écrit un livre, déjà entre les mains de l’éditeur. Quelques mois après le passage de la tornade, la vie continue et les messages attirent moins de monde, mais Patty ne le sait pas. « A life changing experience », répète-t-elle, cette expérience a changé sa vie. Sa nouvelle mission est en route : rendre aux croyants orphelins les bibles qui ont côtoyé les cieux.

 

Mathilde Boussion

6 MOIS

Le XXIe siècle en images

N°2 Automne/hiver 2011

 

Publié dans Février 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article