À pas mesurés

Publié le par BERTRAND BAINSON Patrick

Photographie-Krass-CLEMENT.JPG

 

 

Photographie Krass CLEMENT

Série “Drum-un coin d’Irlande”, 1996

 

La séquence pourrait se résumer en une image : celle d’un homme âgé, usé par la vie, assis tout seul au fond d’un pub irlandais. Sans bouger, l’objectif de CLEMENT suit l’homme, qui se déplace d’avant en arrière sur sa chaise, puis son cadre s’élargit et laisse entrer d’autres personnages…

 

Krass CLEMENT, né en 1946, est l’un des photographes danois les plus marquants de sa génération. Toutes ses photographies abordent les questions existentielles de la condition humaine. Elles nous parlent des sentiments de perte, d’angoisse et de solitude. De cette part de vécu que nous essayons tous de maintenir à distance. Si l’univers photographique de Krass CLEMENT nous touche si profondément, cela tient non seulement à son grand talent visuel, mais également à son aptitude à rendre ces thèmes proches et abordables. Peut-être est-ce en réalité parce qu’il parle de lui-même. D’une certaine façon, son oeuvre photographique peut être vue comme une sorte d’autoportrait transposé en un univers que nous connaissons tous. Krass CLEMENT a passé une grande partie de son enfance à Paris et est très influencé par la culture française. Il fait ses premières photos dès l’âge de 13 ans et, bien qu’ayant acquis une formation de chef opérateur de cinéma, la photographie est restée son mode d’expression artistique privilégié. Sa carrière débute assez tardivement avec l’exposition et le livre « Ombres d’instants », 1978, et il a depuis publié dix-huit ouvrages photographiques et fait l’objet de nombreuses expositions. Fondée sur le réalisme de la photographie documentaire, la démarche de Krass CLEMENT consiste à travailler les images comme des métaphores. Il compare volontiers sa photographie à la poésie, où quelques mots suffisent à générer chez le lecteur des souvenirs ou un univers entier. Parallèlement, il explore les modes de narration rendues possibles par la photographie. Il travaille beaucoup sur des enchaînements cinématographiques qui guident subtilement le spectateur à travers son récit.

 

 

Publié dans Juin 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article